LE COMMUN DES MORTELS
Un théâtre populaire, média vivant accessible à tous.

Implantée en 2009 à Chavagne, Le Commun des Mortels fait le choix d’un travail de proximité, d’un théâtre véritablement populaire, média vivant en prise avec le réel, en conservant une triple exigence éthique, artistique et politique, un théâtre comme élément fondamental des liens qui nous unissent

Le Commun des Mortels est porteuse d’un théâtre intime, offert, convaincue que l’oeuvre d’art est ce qui se tisse entre les hommes, ce qui les pousse à se réunir autour du spectacle pour se trouver dans une respiration com­mune, rassurante et superbe.

 

L’EQUIPE ARTISTIQUE DU COMMUN DES MORTELS

Valéry FORESTIER : mise en scène et direction artistique

Formé aux ateliers du Grenier de Bourgogne sous la direction de Jean Maisonnave et Patrick Grégoire, il intègre la compagnie le Rocher des Doms dirigée par Sylvain Marmorat en tant que membre permanent et coopère à son travail de décentralisation en tant que comédien, metteur en scène et formateur.
Il y rencontre Jacques Fornier, fondateur du Centre Dramatique National de Besançon, et y aborde aussi bien la tragédie que les textes contemporains (La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès, La chasse aux rats de Peter Türrini, Phèdre de Racine, La bataille de Waterloo de Louis Calaferte…). En Bourgogne, il travaille également avec le metteur en scène Christian Duchange et la compagnie l’Artifice.
En 2008, il fonde en Bretagne avec des camarades animés du désir d’un théâtre intime offert à tous, Le Puits qui parle/ Commun des Mortels, dont il est directeur artistique, metteur en scène et scénographe. Sa première mise en scène est Ubu Roi, petite forme populaire et citoyenne, jouée à ce jour plus de 500 fois aussi bien chez l’habitant qu’à l’Institut français d’Istanbul.
Le projet artistique de la compagnie trouve sa suite en 2010 et 2011 dans le diptyque Sans Patrie, petite forme documentaire citoyenne sur les travailleurs clandestins et Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès, puis dans un autre diptyque : Et la lumière fuit œuvre collective et La Partie continue de Jean-Michel Baudoin.
En parallèle, il poursuit son travail de comédien et metteur en scène avec d’autres compagnies. En 2012, il joue le rôle de Jean Moulin dans Premier Combat, journal intime de Jean Moulin, en tournée avec la Compagnie Archipel. Il met en scène Hot House d’Harold Pinter au Lucernaire au sein du Collectif AA. En 2018, avec Petits Papiers, il met en scène et interprète Oliver dans Oliver et la Fille Oubliette aux côtés de Françoiz Breut, spectacle créé aux Emancipéés de Vannes, direction Anaud Catrine.
Il accompagne également des musiciens dans leur projet, en tant que coach et metteur en scène, comme le guitariste Misja Fitzgerald Michel, nommé aux Victoires du Jazz 2012 pour son album Time of no reply et la compositrice Veronica Charnley du groupe Plumes.
Depuis 2017 il intervient en tant que formateur à l’Aria Corse de Robin Renucci.
Il monte un second diptyque autour de Molière : l’Ecole des Femmes en 2019 et l’Avare en 2021.  En 2020, il rejoint les Tréteaux de France pour la création d’Oblomov mis en scène par Robin Renucci – création Théâtre Dijon Bourgogne, Centre Dramatique National. 

 

Sabrina AMENGUAL : comédienne

Formée au Studio Alain de Bock à Paris, elle interprète, entre autres, de grands rôles classiques comme Hermione dans Andromaque de Sophocle, Roxane dans Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, ou Violaine dans L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel.
Elle co-fonde la compagnie de théâtre Le Puits qui Parle/ Le Commun des Mortels au sein de laquelle elle participe à tous les spectacles (Mère Ubu dans Ubu Roi d’Alfred Jarry, et plus récemment Horace dans l’Ecole des Femmes de Molière, et Frosine dans l’Avare), et s’occupe de la saison de lectures publiques.
Formée au doublage cinéma, elle travaille depuis plusieurs années dans la post-synchronisation.

 

Benjamin BERNARD : comédien

Il se forme à L’école le Samovar et y travaille avec Philippe Dormoy, Patrick Haggiag ,Ami Hattab ,Franck Dinet et Jos Houben.
Il se perfectionne à l’Academie Nationale des Arts Dramatiques de Minsk en Biélorussie.
Il est comédien associé au Cirque du Soleil et spécialiste du théâtre forum au sein du Théâtre de l’Opprimé. Il travaille aussi avec la Compagnie Ilotopie et la Cie N°8, et travaille régulièrement depuis plusieurs années aux côtés de Valéry Forestier.

 

Julie AUTISSIER : comédienne

 Elle se forme à l’école Claude Mathieu et suit en parallèle une formation de chanteuse.
Elle monte avec Raphaël Callandreau (compositeur) des spectacles musicaux, dont récemment  J’ai mangé du Jacques  joué au Théâtre de L’Essaïon.
Elle joue avec le TAF Théâtre au théâtre de l’Epée de bois, puis plusieurs spectacles au Théâtre du Soleil, et notamment Les naufragés du Fol espoir  avec Ariane Mnouchkine.
Elle rencontre la compagnie Le Commun des Mortels avec qui elle collabore depuis.

 

Grégory CORRE : comédien

Il débute dans des spectacles de rue, burlesque, visuel, de clown mais aussi de café théâtre.   Il participe à la création de Burnout et Breaking the news d’Alexandra Badéa à la Comédie de Reims.
Il joue Hot House d’Harold Pinter, La Partie Continue de Jean-Michel Baudoin et lAvare de Molière sous la direction de  Valéry Forestier.
Il intègre la compagnie Miroir et Métaphore, dirigée par Daniel Mesguich, dans deux spectacles: Trahisons d’Harold Pinter et Le Prince Travesti de Marivaux.
Il rejoint la Compagnie N°8 dans les spectacles Garden Party , ainsi que Le Deug Doen Group et Aurélie Van Den Daele pour la création de l’Absence de guerre de David Hare au théâtre de l’Aquarium.

 

Clément MANDIN : musicien

Il aime le son. Bidouilleur autodidacte, il tombe amoureux d’un synthétiseur analogique à Montréal et plonge dans un vaste monde de textures, de couleurs et d’émotions. Que ce soit à la Radio avec le collectif  Les Passagers, en concert avec le groupe The Burmese Days  ou avec Le Commun des Mortels, il collabore aux lectures-spectacles en immersion sonore et va chercher le meilleur de ses machines pour faire vibrer l’auditeur. 

 

 

Fanny BRANCOURT : danseuse et assistante à la mise en scène

Formée à la danse contemporaine, elle enrichit son parcours auprès d’artistes tels Catherine Diverres, Fabienne Compet, Loïc Touzé, Nicole Ponzio, Marta Bentkowski, Elsa Wolliaston, Pierre Doussaint, Cécile Loyer, Isabelle Abélé.
Elle travaille avec la Compagnie Erébé Kouliballets de Morgane Rey et collabore avec Sylvain Dufour, dans Caténa, création – scène nationale d’Orléans.
Elle conduit également un travail photographique et filmique : notamment pour Martine Harmel avec Transe-Formes dans les jardins de Bagatelle et Le corps et l’âme au musée Jean-Jacques Henner, ainsi qu’avec Elise Du Broca pour la pièce Il faut y croire #latyrannie du bonheur.
Elle est aussi l’assistante à la mise en scène de Valéry Forestier.

 

Serge NICOLAÏ : comédien 

Il se forme auprès de Pierre Vial, Blanche Salan, Véra Gregh, Ariane Mnouchkine, Patrice Camboni et François Rostain (combat), Caroline Carlson (danse). Il fréquente également l’Ecole nationale de Cracovie et la National School of Percussions and Dance de Seoul.  Au théâtre, il travaille entre autres avec Irina Brook, Ariane Mnouchkine (membre du Théâtre du Soleil et récompensé de plusieurs Molière), et Robert Lepage.  Au cinéma, il collabore notamment avec Jacques Doillon.

Acteur, metteur en scène, réalisateur, scénographe, il est aussi Directeur Artistique de l’Aria Corse avec Robin Renucci depuis 2015.

 

Jean-Pierre ARTUR : comédien

Il se forme au Conservatoire National de région d’Art Dramatique de Rennes.
Il travaille avec Pierre Debauche, Daniel Benoin, Guy Parigot, Hervé Lelardoux, Bernard Lotti, Michel Liard, Patrick Pelloquet, Jean Guichard.
Il se forme et travaille également dans le doublage cinéma et la voix off.
Depuis peu, il entame un travail d’écriture. 

 

Rainer SIEVERT : comédien

Il se forme à l’Ecole de Marcel Marceau et au Conservatoire national de Hanovre.
Il travaille avec Vincent Goethals, Guy-Pierre Couleau, Paul Golub, La Cie Roque, Jean Maisonnave, François Kergourlay, Serge Noyelle, Christophe Rauck, ainsi qu’avec Ariane Mnouchkine.
Il tourne au cinéma sous la direction de Robert Guédiguian, Jean-Paul Salomé, Eric
Judor et Ramzy Bédia et Johanna Maier.
Il signe plusieurs mises en scène, dont Cabaret Tchekhov pour le Centre dramatique de la Courneuve, et Nuit, un mur, deux hommes de Daniel Keene, une création au Théâtre d’Auxerre.

Marguerite COURCIER : comédienne

Elle chante pendant 8 ans dans le choeur d’enfants de l’Opéra de Paris et pratique le hautbois au Conservatoire pendant 10 ans. Elle se forme à l’école Jean Périmony et intègre ensuite le LFTP (Laboratoire de Formation au Théâtre Physique) à l’issue duquel naît la Compagnie 15000 cm de peau avec laquelle elle joue Léonce et Léna de Georg Büchner entre autre.  

 

Stéphane MULET : musicien

Guitariste de formation (acoustique et électrique), il a accompagné Bastien Lallemant, Yves Jamait, Lawless Jones… Il mène également des projets plus personnels, Mulet-Mulet, Méchant Cheval, Tora Piscine.

Il compose et arrange pour la télévision (Erika mon amour et Les Zigs pour France 2) et pour le théâtre ( Eric Ferrand, Christian Duchange, Cie SF et Le Commun des Mortels)

 

François MARSOLLIER : éclairagiste, constructeur

Éclairagiste, scénographe et constructeur, il est autodidacte. Il crée des machines mêlant ses passions pour l’image, l’optique, la lumière, la matière, avec celles de la récupération d’objets anciens, de la mécanique et de l’électronique.
Que ce soit pour le plateau, les musées ou l’espace public, il imagine et conçoit ses décors et accessoires comme des réalisations uniques au service des créations artistiques dans lesquelles il s’implique.
Il affectionne particulièrement le travail du bois, du métal et les techniques liées à l’automatisation.

 

Barbara GASSIER : Costumière

Elle se forme très tôt dans le cadre d’études professionnelles,  notamment à New-York au Metropolitan Opera et au festival de Grignan, et rencontre de nombreux costumiers avec qui elle expérimente le tailleur (Patrick Lebreton) et la coupe en un morceau (Dominique Fabrègue). Au cours d’un stage au Théâtre du Soleil elle participe aux teintures japonaises avec Isabelle de Maisonneuve.
Elle habille au théâtre de la Colline, aux Amandiers de Nanterre et à l’Est parisien.
Depuis plusieurs années, elle crée régulièrement des costumes pour le théâtre, elle est  habilleuse sur des tournages publicitaires, et elle travaille comme chef habilleuse pour le cinéma. Elle intègre l’atelier de l’Opéra Comique

 

L’EQUIPE ADMINISTRATIVE DU COMMUN DES MORTELS

Thérèse DAVIENNE : chargée d’administration

Détentrice d’un Master 2 Etudes Théâtrales à Lyon en 2009, elle descend à Marseille pour travailler comme administratrice et coordinatrice de compagnies de rue. Côtoyant la Cité des Arts de la Rue et les différentes promotions de la FAIAR, elle trouve sa place dans la coordination d’évènements collectifs de rue. D’abord avec Les Facteurs d’Amour Marseillais et le collectif Les Cancans et le Collectif Agonie du Palmier jusqu’en 2015, avant de rejoindre la compagnie de marionnettes Anima Théâtre. En 2017, elle quitte Marseille pour Rennes et rencontre la Compagnie Le Puits qui Parle/ Commun des Mortels avec laquelle elle collabore depuis la rentrée 2018.

 

LE TRAIT D’UNION : Stéphanie PIOLTI, chargée de production et Marine LECOUTOUR, chargée de diffusion.

 

 

Stéphanie  PAREYSON : chargée de paies

Le COMMUN DES MORTELS est une association de loi 1901, son bureau se compose de :

Céline DELSARTE, en qualité de présidente

Fabrice LESAGE, en qualité de vice-président

Brigitte MORILLON, en qualité de trésorière