LE PUITS QUI PARLE
Un théâtre populaire, média vivant accessible à tous.

Implantée en 2009 à Chavagne, Le Puits qui Parle fait le choix d’un travail de proximité, d’un théâtre véritablement populaire, média vivant en prise avec le réel, en conservant une triple exigence éthique, artistique et politique, un théâtre comme élément fondamental des liens qui nous unissent

Le Puits qui Parle est porteuse d’un théâtre intime, offert, convaincue que l’oeuvre d’art est ce qui se tisse entre les hommes, ce qui les pousse à se réunir autour du spectacle pour se trouver dans une respiration com­mune, rassurante et superbe.

 

L’EQUIPE DU PUITS

 

Valéry FORESTIER : mise en scène et direction artistique

Formé aux ateliers du Grenier de Bourgogne sous la direction de Jean Maisonnave et Patrick Grégoire, il intègre la compagnie le Rocher des Doms dirigée par Sylvain Marmorat en tant que membre permanent et coopère à son travail de décentralisation en tant que comédien, metteur en scène et formateur.
Il y rencontre Jacques Fornier, fondateur du Centre Dramatique National de Besançon, et y aborde aussi bien la tragédie que les textes contemporains (La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès, La chasse aux rats de Peter Türrini, Phèdre de Racine, La bataille de Waterloo de Louis Calaferte…). En Bourgogne, il travaille également avec le metteur en scène Christian Duchange et la compagnie l’Artifice.
En 2008, il fonde en Bretagne avec des camarades animés du désir d’un théâtre intime offert à tous, Le Puits qui parle, dont il est directeur artistique, metteur en scène et scénographe. Sa première mise en scène est Ubu Roi, petite forme populaire et citoyenne, jouée à ce jour plus de 500 fois aussi bien chez l’habitant qu’à l’Institut français d’Istanbul.
Le projet artistique de la compagnie trouve sa suite en 2010 et 2011 dans le diptyque Sans Patrie, petite forme documentaire citoyenne sur les travailleurs clandestins et Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès, puis dans un autre diptyque : Et la lumière fuit œuvre collective et La Partie continue de Jean-Michel Baudoin.
En parallèle, il poursuit son travail de comédien et metteur en scène avec d’autres compagnies. En 2012, il joue le rôle de Jean Moulin dans Premier Combat, journal intime de Jean Moulin, en tournée avec la Compagnie Archipel. Il met en scène Hot House d’Harold Pinter au Lucernaire au sein du Collectif AA. En 2018, avec Petits Papiers, il met en scène et interprète Oliver dans Oliver et la Fille Oubliette aux côtés de Françoiz Breut, spectacle créé aux Emancipéés de Vannes, direction Anaud Catrine.
Il accompagne également des musiciens dans leur projet, en tant que coach et metteur en scène, comme le guitariste Misja Fitzgerald Michel, nommé aux Victoires du Jazz 2012 pour son album Time of no reply et la compositrice Veronica Charnley du groupe Plumes.
Depuis 2017 il intervient en tant que formateur à l’Aria Corse de Robin Renucci.
Il prépare un second diptyque autour de Molière : l’Ecole des Femmes en 2019 et l’Avare fin 2020.

 

Sabrina AMENGUAL : comédienne

Après trois ans de formation au Studio Alain de Bock à Paris où elle prend en charge la classe d’improvisation par la suite, elle interprète entre 2001 et 2006, de grands rôles classiques comme Hermione dans Andromaque de Sophocle, Roxane dans Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, ou Violaine dans L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel.
En 2006, elle met en scène Les Bonnes de Jean Genet, et commence à travailler avec des compagnies bourguignonnes : Le Rocher des Doms (Aricie dans Phèdre de Racine, Eléonore dans La Bataille de Waterloo de Louis Calaferte, Junie dans Britannicus de Racine) et Archipel (Melle Molière dans L’Impromptu de Molière, Mme Gâtinais dans Un pied dans le crime d’Eugène Labiche, Journaliste La guerre des Mondes d’après H.G Wells).
En 2008, elle co-fonde la compagnie de théâtre Le Puits qui Parle au sein de laquelle elle participe à tous les projets (Mère Ubu dans Ubu Roi d’Alfred Jarry entre autre, spectacle joué plus de 500 fois). Elle s’occupe particulièrement de la saison de lectures publiques, « Paroles en l’air » et itinérante, « La caravane passe ».
En 2011, elle se forme au doublage cinéma, et depuis, elle développe son savoir-faire dans le domaine de la post-synchronisation.

 

Benjamin BERNARD : comédien
Il suit une formation à L’école le Samovar durant 4 ans , il y travaille le texte , le clown et le corps ; avec Philippe Dormoy, Patrick Haggiag , Ami Hattab , Franck Dinet et Jos Houben.
Divers stages lui permettent de perfectionner son jeu d’acteur en particulier à l’Academie Nationale des Arts Dramatiques de Minsk en Biélorussie.
Depuis 1999, il joue régulièrement dans diverses créations théâtrales.
Citons récemment « Hot House » d’Harold Pinter au Lucernaire,
«La Partie continue» de Jean Michel Baudouin, « Nasreddine Hodja, le fou qui était sage«  mises en scène par Valéry Forestier pour la Cie Le puits qui parle.

Il est comédien associé au Cirque du Soleil depuis 2006.
En Rue, il crée la Cie Acides Animés en 2005 autour du travail burlesque et de la comédie physique et coécrit le spectacle « les Flantaisites« .
En parallèle, il travaille avec la Compagnie Ilotopie et la Cie N°8.
Il joue régulièrement avec le Théâtre de l’opprimé et participe à de nombreux Théâtres Forum.

 

Julie AUTISSIER : comédienne

Formée chez Claude Mathieu (promotion 98), elle suit en parallèle une formation de chanteuse au C.I.M – section chant et improvisation. Elle poursuit son apprentissage de comédienne en participant à différents stages : clown (Théâtre du Soleil, TGP), commedia dell’arte (Zefiro Théâtre), classes libres. La chanson française la passionne et en fait alors sa spécialité. En 2000 elle monte avec Raphaël Callandreau « En passant chez Monsieur Gainsbourg » spectacle musical qui tournera dans toute la France jusqu’en 2003. Elle interprète et compose d’autre part des chansons pour la scène dramatique, notamment pour la Caravane des Poètes avec laquelle elle travaille depuis 2012.
En tant que comédienne elle a joué ces dernières années dans l’appartement de Zoïka  de M.Boulgakov avec le TAF Théâtre (2006; théâtre de l’Epée de bois), « Peines d’amour perdues de W.Shakespeare, Cie L’instant d’une résonnance (2007; Théâtre du Soleil) , Les naufragés du Fol espoir mis en scène par Ariane Mnouchkine (2010; Théâtre du Soleil), Légendes de la forêt viennoise de O.Von Horvath avec le TAF Théâtre (2011; Théâtre du Soleil), Shakespeare à vue de nez , création clownesque avec Les Séraphins (2012; Chartres, Tours, région Centre), Fausse Moustache, la comédie musicale de Raphaël Callandreau (2015; Théâtre Clavel, Avignon 2016 ), La partie continue avec La Cie du Puits qui parle (2015-2016 ; Création et tournée en Bretagne). En 2017, elle monte et interprète en collaboration avec R. Callandreau un spectacle musical : J’ai mangé du jacques  (tournée en France et exploitation au théâtre de l’Essaïon).

 

Grégory CORRE : comédien

Il débute en 2006 dans des spectacles de rue, burlesque, visuel, de clown mais aussi de café théâtre. En 2009 il intègre la compagnie du Vélo Volé pour Le Mariage de Figaro et enchainera Roméo et Juliette, les Quatre morts de Marie, le Jeu de l’amour et du hasard, au Théâtre du Lucernaire, au festival d’Avignon et en tournée.
En 2012 il participe à la création de Burnout d’Alexandra Badéa à la Comédie de Reims sous la direction de Jonathan Michel, jeune metteur en scène du collectif artistique de Ludovic Lagarde. Travail qu’il continuera en décembre 2016 avec la même équipe ainsi que la compagnie Jabberwock, pour la création d’un texte inédit du même auteur Breaking the news, toujours à la Comédie de Reims.
En 2013 il joue Hot House d’Harold Pinter au Lucernaire avec son collectif créé pour l’occasion et mis en scène par Valéry Forestier.
Début 2015 il intègre deux compagnies: Le Puits qui Parle pour la création de La Partie Continue de Jean Michel Beaudouin, et Miroir et Métaphore, dirigée par Daniel Mesguich, dans deux spectacles: Trahisons d’Harold Pinter en tournée, et Le Prince Travesti de Marivaux, joué au théâtre du Chêne Noir lors du Festival d’Avignon 2015 puis en tournée. 
Depuis mars 2017 il a rejoint la Compagnie N°8 dans les spectacles Garden Party et Cocktail Party, ainsi que Le Deug Doen Group et Aurélie Van Den Daele pour la création de l’Absence de guerre de David Hare au théâtre de l’Aquarium qui débutera à l’automne 2018.
Depuis 2013, il coécrit COUPEZ! avec Jonathan Michel, une série courte humoristique, qui a remporté le prix des collégiens de la meilleure série courte au festival de fiction de la Rochelle en 2014. COUPEZ! est soutenue par le CNC.
Il écrit aussi pour le théâtre une tragicomédie: Les Mémoires de Paul Palandin actuellement en recherche de production.

 

Thérèse DAVIENNE : administration et production

Détentrice d’un Master 2 Etudes Théâtrales à Lyon en 2009, elle descend à Marseille pour travailler comme administratrice et coordinatrice de compagnies de rue. Côtoyant la Cité des Arts de la Rue et les différentes promotions de la FAIAR, elle trouve sa place dans la coordination d’évènements collectifs de rue. D’abord avec Les Facteurs d’Amour Marseillais et le collectif Les Cancans et le Collectif Agonie du Palmier jusqu’en 2015, avant de rejoindre la compagnie de marionnettes Anima Théâtre. En 2017, elle quitte Marseille pour Rennes et rencontre la Compagnie Le Puits Qui Parle avec laquelle elle collabore depuis la rentrée 2018.

 

Le PUITS QUI PARLE est une association de loi 1901, son bureau se compose de :

Jeannine AMENGUAL, présidente

Brigitte MORILLON, trésorière